Témoignages

Notre équipe est assez soudée face aux difficultés rencontrées, il y a dans cette école une véritable culture de projet et de remise en question, mais ce qui fait la spécificité de cette formation en particulier, c'est qu'elle rassemble tous les enseignants, sans distinction de filière, professeurs de cours généraux, chefs d'ateliers, éducateurs, formateurs du CEFA, et que tous les discours sont unanimement positifs : selon eux, c'est une manière de faire qui n'exclut rien ni personne, où l'on sort de tout jugement, en lien direct avec ce que nous sommes humainement et professionnellement; c'est une formation très concrète aussi, très respectueuse des personnes, pas du tout intrusive, ni « psy »

— 2012

On constate à quel point le questionnement est plus puissant que le discours... Renvoyer les élèves à eux-mêmes, qu'ils apportent leurs réponses en réfléchissant... on est là pour amener des questions, pas des réponses… Or, c'est souvent l'inverse qui se produit, surtout à l'école où les professeurs sont « ceux qui savent ». C’est une autre conception de notre métier où on les amène à chercher par eux-mêmes plutôt que d'amener nos réponses

— 2012
Centre Scolaire les Eperonniers

Témoignage d'une école sur l’accompagnement réalisé par l'association Learn to Be (anciennement "Fondation M") autours du savoir-être et de la connaissance de soi....

Un jeune m’a demandé : "Et comment on fait quand on n’a pas envie…"
Je lui ai répondu : "Est-ce que tu penses que j’avais envie de venir dans ton patelin en me levant ce matin ?"
Puis j’ai réfléchi avec elle à mes motivations intrinsèques, à mon désir d’animer des formations avec les jeunes et donc que j’ai beaucoup de plaisir d’être là.
Le "savoir-être" c’est aussi voir que nous mettons les choses qui nous démotivent au service de ce qui nous motive.
Par exemple si j’aime le cours d’histoire, comment je vais faire pour aimer le cours de math qui me motive moyennement ? Un élève qui a un esprit de compétition pourrait se dire : "chiche que j’étudie ce cours en seulement 20 minutes".

— Une formatrice Learn to Be

Trois élèves m’ont remis une feuille blanche à un examen. J’aurais bien mis "manque d’étude !" à leur bulletin mais je savais qu’ils étaient prêts pour réussir. À l’époque, je ne me rendais pas compte de l’importance du savoir-être, de tout ce qui est hors du champ de la matière scolaire que j’enseigne. Je ne pouvais pas m’empêcher de dire "on ne va quand même pas perdre du temps en début d’interro pour discuter ou faire des exercices de respiration !"

— Jean-François, enseignant